Document Unique Dmnageur

Comment raliser votre Document Unique Dmnageur ?

document unique dmnageurs

Travaillant souvent au sein d’un groupe priv ou son propre compte, le dmnageur assure des oprations demballage, de dballage, de montage, de dmontage, de chargement, de dchargement de mobilier d’un lieu un autre, pour le compte d’un client. C’est un travail avant tout physique qui ncessite de solides connaissances des mthodes de manipulation de tous les types d’objets, notamment les procds d’emballage et de dballage.

En 2013 on dnombrait 2536 Socits inscrites au Registre du Commerce et des Socits. Effectif Total du Secteur : 16.100
Rpartition des effectifs :
2175 socits ont moins de 10 salaris
361 socits ont plus de 10 salaris

Daprs les statistiques de la CRAM pour cette profession, les lsions concernant les accidents du travail des dmnageurs concernent majoritairement la tranche dge 40-49 ans (35000 journes perdues), des ouvriers non qualifis (62600 journes) et des lsions situes majoritairement sous forme de douleur et lombago (39500 jours) loin devant les contusions (21 500) les fractures (14 000) et les entorses (12 600).

Ces lsions concernent majoritairement le tronc (35400 jours darrt) devant les membres infrieurs (27600), et les membres suprieurs (23900).
Ces accidents ont eu lieu sur le lieu de travail habituel (106700 journes darrt) lors de manipulation dobjets ou de meubles (36300 journes), de chute avec dnivellation (27000 journes) ou lors de transport dobjets (25800 journes).

Ces chiffres montrent bien lintrt dune dmarche de prvention des risques professionnels travers le Document Unique Dmnageurs.

Quels sont les Units de Travail habituelles pour le Document Unique Dmnageurs?

Chaque entreprise possde des particularits nanmoins voici la liste des units de travail les plus reprsentatives.

  • Administration
  • Chauffeurs
  • Entretien des vhicules
  • Dmnageurs

 

Quels sont les principaux risques professionnels identifis pour le Document Unique Dmnageurs?

1)Le risque li aux manutentions

1.1- Les accidents de manutention manuelle
Dplacer, porter du mobilier, des objets dencombrement, de poids et de fragilits variables, dmonter et remonter, exigent des efforts physiques importants et rpts avec des contraintes posturales et articulaires importantes, dans des conditions climatiques parfois dfavorables (gel, canicule, vent, pluie). Des gestes effectus dans des postures contraignantes ou incorrectes ergonomiquement (accroupie, genoux, bras en lair, bout de bras, tronc pench en avant) aggravent lapparition de pathologies articulaires.
Certains facteurs peuvent aggraver la pnibilit de la manutention manuelle du dmnagement :

    • Facteurs lis la charge : poids, taille et forme de la charge ; charge situe en hauteur ou dposer en hauteur,
    • Facteurs lis aux locaux de travail : espace de travail exigu, sol encombr, en mauvais tat, glissant…
    • Facteurs d’ambiance : ambiance froide ou chaude, intempries, bruit,
    • Facteurs organisationnels : cadence rapide, travail dans l’urgence, travail de nuit

1.2- Les accidents de manutention mcanique
Si les matriels de manutention et les appareils de levage et de chargement (chariot lvateur, grue de levage, hayon, monte-meubles, transpalette) diminuent lintensit des efforts physiques et facilitent et acclrent grandement les dmnagements en rduisant les activits pnibles de manutention, ces oprations mcanises ne sont pas sans risques :

    • Le choix des moyens de portage et de manutention peut tre inadapt au contexte, aux mobiliers, aux objets et aux quipements dmnager, ce qui gnre des accidents : rsistance la charge du sol, gabarit et poids de la charge, hauteur de leve, rigidit des appuis de faade, prsence dobstacles non reprs comme les lignes tlphoniques ou lectriques ariennes
    • Le renversement latral, les heurts avec un lment de btiment ou une structure dun atelier, la chute de la charge, sont les risques frquents : il en rsulte des traumatismes pouvant tre graves.
    • Si les engins limitent les risques de blessures dues un effort excessif dans les travaux de manutention, toutefois, le fait de tirer, de pousser et de manipuler un chariot, une transpalette prsente certains dangers, tels que : les doigts et les mains qui peuvent rester coincs (par exemple, entre le chariot et d’autres objets); les orteils qui peuvent tre crass sous un chariot ; les pieds ou les jambes qui peuvent tre heurts par la chute de la charge

Des consquences pour le salari et pour lentreprise
Non seulement les risques d’accidents de travail concernent le dos (lombosciatiques, cervicalgies, hernie discale) mais aussi les membres infrieurs et suprieurs (entorses, tendinites, tarsalgies) ou les extrmits (coincement des doigts ), ou encore la paroi abdominale (hernie inguinale) et le vieillissement progressif des articulations peut aboutir une inaptitude professionnelle. De plus, les surfaces anguleuses ou rugueuses, sont des causes de blessures, de lacrations ou de contusions pendant le travail de manutention manuelle.

Les moyens de prvention
-Lquipement (mcanisation, aides la manutention)
-Lorganisation du travail (adaptation des rythmes de travail, coopration dans lquipe, marges de manuvre laisses aux salaris pour organiser leur travail).
- La formation aux postures et mouvements recommands. La formation Gestes et Postures ou PRAP est un des moyens de lutter contre tous les troubles musculo-squelettiques (TMS), tels que lombalgies, tendinites qui affectent si souvent les dmnageurs.
- La formation lutilisation des appareils de manutention

2) Le risque de chutes de plain-pied
Les causes de chutes de plain-pied par trbuchement ou faux-pas des dmnageurs sont multiples. Lors dun dmnagement, des obstacles divers peuvent encombrer les lieux de travail (cartons, fils lectriques, objets transporter) ; lutilisation des escaliers rendent souvent les manutentions difficiles et plus risques ; les sols des cours dimmeubles ou des trottoirs ingaux (dalles manquantes) ou glissants (pluie, verglas) ; la descente du vhicule de transport est aussi une source potentielle de chute.
En cas de perte d’quilibre, la victime peut tomber sur un objet dangereux ou chercher se rattraper au support le plus proche. Les consquences dpendront donc aussi de la dangerosit de lenvironnement et de la lourdeur de la charge transporte.

Des consquences pour le salari et pour lentreprise
Le sige des lsions est variable : tte, yeux, membre suprieur, tronc, membre infrieur,… Les lsions sont le plus souvent cutanes et/ou articulaires : la foulure, l’entorse, les contusions, plaies cutanes et hmorragies, la fracture sont les lsions les plus courantes.
Mais une chute de plain-pied peut aussi entraner des blessures plus graves et des lsions internes si, par exemple, il y a eu un traumatisme crnien lorsque la tte a heurt le sol ou une installation.

Les moyens de prvention
La prvention du risque de chute passe par la mise en place :
- de mesures de prvention technique : chaussures antidrapantes et maintenues en bon tat, la dangerosit de lenvironnement de travail doit tre rduite au maximum notamment en renforant lclairage des zones peu claires.
-
de mesures de prvention lies lorganisation du travail : prparation du dmnagement, temps pour le rangement et le nettoyage des lieux de travail.

3) Le risque de chute de charges
Des calages et arrimages du mobilier, des objets et des quipements mal assurs ou dfectueux, une mauvaise confection ou rpartition du chargement sur les plateaux de levage, entrainent une chute et des traumatismes lors du basculement de la charge manutentionne.

Des consquences pour le salari et pour lentreprise
Les principales lsions rencontres sont lcrasement ou la fracture des membres, les coincements des pieds et des mains, des contusions et hmatomes. Par ailleurs, les bris de verre suite une chute dun miroir, luminaire, vaisselle, verrerie prsentent un danger de coupure.

4) Le risque de blessure avec loutillage
Les coupures peuvent survenir partout dans les oprations de dmnagement avec l’usage d’outils coupants, perforants ou d’objets contondants pour lemballage/dballage ou le dmontage/remontage. La fermeture et l’ouverture de cartons et d’emballages divers est une activit ou les accidents surviennent lors de l’utilisation des cutters, agrafeuses… ou d’outils mal adapts l’usage que l’on en fait. Lusage des marteaux, tournevis pour le dmontage/remontage des meubles dans des positions inconfortables ou effectu de manire prcipite peut occasionner des coups et blessures sur les mains ou sur les doigts.

Des consquences pour le salari et pour lentreprise
On constate des coupures plus ou moins graves d’un doigt ou d’un membre, des perforations des mains, des contusions et hmatomes.

5) Les risques lectriques
Ils peuvent survenir lors du dbranchement/branchement des machines, quipements lectromnager avec des prises dfectueuses, ou parfois lors du contact du monte-meubles avec une ligne arienne lectrique.

Des consquences pour le salari et pour lentreprise
Suivant les individus, les seuils de danger varient, mais on peut estimer que:

A partir de 5 mA, il peut y avoir des rpercussions sur l’homme. Il s’agit le plus souvent de lsions qui touchent principalement la main, les membres suprieurs et les yeux (brlures, contusions, commotions, plaies).

partir de 30 mA, on assiste une ttanisation des muscles respiratoires qui peut aboutir au bout de quelques minutes une asphyxie.

Au-del de 30 mA, on parle de « fibrillation ventriculaire » affectant les organes vitaux, commencer par le cur. Le seuil de tension dangereuse s’tablit, quant lui, 50 V (12 V en environnement humide).

6) Les risques psychosociaux
Pour un particulier, un dmnagement gnre un stress important, surtout si celui-ci est li une contrainte subie de nature familiale ou professionnelle. Il faut y ajouter sa peur du vol, du bris dobjets considrs comme prcieux (bibelots, vases), de la dtrioration des lieux ou des meubles, la pntration dans lintimit de son foyer. Tout cela entraine des comportements qui peuvent devenir agressifs lgard des dmnageurs.

Les remarques dsobligeantes, critiques, mprisantes sur les mthodes de travail (manque de dlicatesse, inorganisation), les recommandations de placement des meubles incohrentes, imprcises et changeantes, altrent les conditions psychologiques de travail du dmnageur.

Les comportements dapparence relativement bnins (attitudes critiques ou mprisantes, remarques moqueuses), les agressions verbales (insultes pouvant tre parfois racistes) frquemment supportes par les dmnageurs peuvent avoir la longue des rpercussions sur leur sant psychique : se sentant attaqus dans leur travail et leur identit professionnelle, il sensuit un tat de stress persistant et les troubles engendrs peuvent conduire la perte de confiance en soi, de forts sentiments dinfriorit et des symptmes danxit.

Les moyens de prvention
Une formation continue, adapte aux aspects psychologiques du mtier de dmnageur est ncessaire. Elle permet de comprendre les troubles du comportement et de ragir au mieux par des techniques de dialogue et de communication qui contribuent dsamorcer les risques de violence.

7) Les risques routiers du dmnageur
Le transport plus ou moins long par route au moyen dun camion ou dune fourgonnette de dmnagement est expos aux accidents. Le risque routier a souvent des origines multifactorielles :

- Environnement (connaissance et tat des itinraires, travaux, mto, entre de site, parking,..)
- Vhicules (adapts, amnags, quips, entretenus, …)
- Organisation (horaire, prparation du voyage, utilisation du tlphone au volant, …)
- Conducteur (respect des rgles, fatigue, vigilance, capacits la conduite, consommation dalcool ou dautres psychotropes …).

Les exigences defficacit et de ponctualit vont interfrer avec les contraintes de la circulation routire (embouteillages, Code de la Route..) et peuvent gnrer des situations stressantes voire des accidents de la route.

Pour mener des actions de prvention adaptes, lentreprise peut agir sur lorganisation (du travail, des dplacements), les moyens (vhicules, techniques dchange ou de communication distance) et la gestion des ressources humaines (recrutement, formation, information). Elle doit, au pralable, valuer limportance des risques professionnels lis la conduite et dfinir un plan dactions cibles sur les risques les plus graves ou les plus frquents.

Le choix du vhicule et de son amnagement doit faire lobjet dune attention particulire. Il doit en effet satisfaire un certain nombre dexigences minimum afin dassurer la scurit du conducteur.
1. Equiper les vhicules des quipements de scurit et des systmes dassistance la conduite : systme daide la navigation, indicateur de gabarit, tmoin de surcharge du vhicule, matriel de scurit (extincteur, gilet de signalisation haute visibilit, triangle de signalisation).
2. Il apparat que certains quipements de scurit sont plus faiblement prsents sur les VUL que sur les vhicules de tourisme, alors quils sont exposs des risques potentiellement plus levs (surcharge, arrimage des colis). Sassurer que les charges transportes ne constituent pas un facteur de risque supplmentaire : arrimage, immobilisation et sparation des charges de lhabitacle, procdure crite facilitant le respect des limites de charge, systme de pese, tmoin de surcharge, amnagement darmoires et dtagres rebord.
3. Maintenir les vhicules dans un bon tat de fonctionnement (carnet de maintenance), planifier les contrles priodiques.

8) Les mesures de prventions particulires dans le cas dun dmnagement dentreprise
- Le plan de prvention
Pour limiter les risques induits par la co-activit dans le cas dun dmnagement dune usine ou lactivit se poursuit pendant le dmnagement,
(a) Si les tches effectuer figurent sur la liste des travaux dangereux fixs par l’arrt du 19 mars 1993 (Article R. 4512-6 et 7 du code du travail)
(b) ou si le nombre total d’heures de travail prvu pour raliser les travaux est au moins de 400 heures,
un plan de prvention, avec une analyse partage des risques, est arrt et tabli par crit pour tablir les modes opratoires en commun et pour adopter des mesures de prvention dont le chef de l’entreprise donneuse dordre assure la coordination gnrale. Le but est de prvenir les risques lis l’interfrence entre les activits, les installations et matriels de lentreprise et du dmnageur.
Le CHSCT des entreprises concernes peut dsigner des membres pour participer l’inspection pralable. Leurs avis sur les mesures de prvention sont ports sur le plan de prvention qui est tenu leur disposition ainsi que ses mises jour.

- Le protocole de scurit
Les relations, non formalises, entre dmnageur et entreprise sont souvent source de dysfonctionnements.
Larrt du 26/04/96 prvoit llaboration dun document crit appel Protocole de scurit , obligatoire ds quune entreprise de transport fait pntrer un vhicule dans une entreprise daccueil (quelle que soit sa taille) en vue dune opration de chargement ou de dchargement, quels que soient le type de marchandises, le tonnage et la nature de lintervention du transporteur.
Le protocole de scurit comprend toutes les indications et informations utiles lvaluation des risques gnrs par lopration et les mesures de prvention et de scurit qui sont mises en place et qui doivent tre observes. Il doit tre tenu la disposition des membres du CHSCT.

 

Voil vous avez maintenant les informations de base pour raliser ou amliorer votre Document Unique Dmnageurs.
Si vous voulez aller plus loin, je vous recommande le guide INRS sur les risques professionnels dmnageurs.

Cet article vous aide ou vous fait penser un point complmentaire,
Vous avez dcel un point corriger dans cet article ou vous avez besoin d’une prcision ou d’un complment,
Alors…. laissez un commentaire !

Bien cordialement,
Patrick Ducloux
Plan du site | Evaluation risques professionnels (unblog.fr)

————————————————————————————

Votre Logiciel Document Unique dans votre Mtier ICI => Dmo Gratuite !

————————————————————————————

fiches document unique



mareferencebeaute |
Gestion environnementale |
ongaanti-cabinet |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Orthodontie Adulte
| LR Health & Beauty Systems
| La bienveillance du toucher