Risques Professionnels Sécurité

Quels sont les risques professionnels dans les métiers de la Sécurité Privée ?

risques professionnels securite

En France comme ailleurs (+ 7% en Europe), le marché de la sécurité privée est en pleine croissance.

Sur le papier les chiffres sont éloquents : à ce jour elles sont en France un peu plus de 4 000 entreprises de toute taille à employer 160 000 salariés, et chaque année, ce sont entre 12 000 et 15 000 emplois créés.

A l’horizon 2015-2020, le marché de la sécurité privé comptera près de 300 000 personnes. Des métiers de sécurité nouveaux émergent pour répondre à des attentes dans la logistique, l’hôtellerie, le tourisme et les voyages, auprès des collectivités locales et territoriales. A moyen terme s’envisagent des accords avec les milieux pénitentiaires, notamment pour accompagner le transfert des détenus.

Nous allons présenter les risques liés à l’activité de sécurité selon trois grandes catégories:

1. Risques dérivés du contexte général

2. Risques spécifiques à l’activité de sécurité

3. Risques dérivés du poste de travail.

 

1. Risques dérivés du contexte général

Le marché de la sécurité privée est un métier de sous-traitance, il y a donc un  risque d’interférence qui repose sur deux types de méconnaissance :
● la méconnaissance par l’une des entreprises des risques de l’autre entreprise
● la méconnaissance des risques liés à la co-activité ou activités conjointes.

Ce risque d’interférence constitue essentiellement un risque d’accident lié à l’intervention de l’entreprise de sécurité dans l’entreprise cliente. Mais il constitue aussi un potentiel facteur d’incertitude, de tension et de stress pour les agents de sécurité, dans la mesure où ils se trouvent dans des situations/contextes de travail où ils peuvent ne connaître ni les risques liés à ces situations, ni les mesures de prévention à adopter, ni les responsabilités des interlocuteurs à qui ils ont à faire.

 

2. Risques spécifiques à l’activité de sécurité

Par risques spécifiques à l’activité de sécurité, nous entendons ce que l’on appelle souvent les «risques inhérents» ou risques propres à l’activité et/ou à l’organisation du travail au niveau des entreprises.

Compte tenu de la diversité des services de sécurité, certains des risques cités sont partagés par l’ensemble des agents de sécurité alors que d’autres ne concernent que certains postes de travail très particuliers.

Les risques spécifiques à l’activité de sécurité sont rassemblés dans les catégories suivantes :

A. La violence au travail
La violence au travail peut se manifester sous diverses formes :

– violence verbale : insultes, menaces

– violence physique : porter des coups, occasionner des blessures

– des armes ou donner l’impression d’être en possession d’armes

– discriminations de personnes sur base de la race, de la couleur de la peau, de l’origine ethnique, du sexe, de la religion et de son orientation sexuelle

– harcèlement sexuel

– harcèlement moral

B. Les risques causés par les chiens
L’utilisation de chiens entraîne des risques d’accidents (morsures,…) et des risques biologiques liés à l’exposition à des agents biologiques, c’est-à-dire à des micro-organismes susceptibles de provoquer des infections, des allergies ou des intoxications. Ces micro-organismes peuvent pénétrer à l’intérieur du corps humain suite à une morsure d’animal ou par une plaie, via une muqueuse. Ils peuvent également être inspirés ou avalés.

Les risques liés à l’utilisation de chiens sont spécifiques au secteur et concernent surtout les maîtres-chiens, ainsi que les agents qui se trouvent intégrés dans des équipes travaillant avec des chiens.

C. La manipulation d’armes
Les accidents provoqués par des armes à feu peuvent survenir suite à un tir accidentel, au ricochet de balles et à l’exposition à des fragments ou des particules de matière, surtout lors des exercices de tir.

Les accidents sont plutôt rares et sont souvent provoqués par des négligences ou par un manque de formation, mais ils peuvent s’avérer mortels.

Il s’agit d’un risque spécifique au secteur et il concerne surtout les activités de garde du corps et de surveillance statique sur certains postes de travail spécifiques.

D. L’exposition aux rayonnements ionisants
Il s’agit d’un risque spécifique à certains postes de travail où des appareils de rayons X sont utilisés : contrôle d’accès (aéroports, institutions publiques,…), ou contrôle du courrier, colis, valises… Mais cela concerne aussi les agents qui, lors de leurs rondes dans des hôpitaux, dans des centrales nucléaires,… pourraient pénétrer dans des zones surveillées ou contrôlées.

E. Les facteurs de risques liés à l’organisation du travail
Il s’agit ici des risques de santé et de sécurité qui résultent de l’organisation du travail, que ce soit au niveau de l’entreprise ou du poste de travail.

— La double hiérarchie

— Le travail isolé

— Les plannings de travail

— La gestion du personnel

— La formation et information des travailleurs

— Le temps de travail.

F. La charge physique
Ces risques sont des risques généraux qui concernent tous les agents de sécurité quel que soit leur poste de travail. Les facteurs de risques liés à la charge physique sont principalement en rapport avec :

— Les déplacements

— Le travail posté, le travail de nuit

— Les postures de travail forcées, inadéquates.

Les postures de travail constituent très souvent la source d’une fatigue physique et/ou de lésions corporelles : des blessures (coincements, écrasements, heurts), des fractures et surtout des problèmes de dos, des douleurs et des malaises dans les membres inférieurs (jambes, pieds).

G. La charge psychosociale
La charge psychosociale sur le lieu de travail est un concept général qui comporte plusieurs dimensions. Pour ce domaine d’activité il est important de se focaliser tout particulièrement sur :

— La motivation et la satisfaction au travail

— Le stress lié au travail

— La charge mentale

— La charge relationnelle.

H. Les risques spécifiques aux agents de sécurité féminins.
Dans ce secteur traditionnellement masculin, les agents de sécurité féminins constituent une minorité. La proportion de femmes varie d’un pays à l’autre, mais dépasse rarement 20%. Il est important de leur consacrer un point spécifique, pour deux raisons principales :

– en vertu d’une certaine division sexuelle du travail au niveau du secteur

Si l’on trouve des femmes dans toutes les activités du secteur, elles ont plutôt tendance à se concentrer dans des lieux comme les grands magasins, les accueils/réceptions et sur des postes de travail où les fouilles superficielles sont nécessaires, comme les aéroports.

La plupart de ces postes requièrent un contact constant avec le public. Les femmes sont donc davantage exposées au risque de subir des violences physiques et verbales, au risque de stress et à des problèmes liés au «travail émotif».

– parce qu’elles constituent une minorité dans un secteur traditionnellement masculin

Aussi bien les lieux de travail que les politiques de prévention doivent s’adapter à l’entrée des femmes dans le secteur. Cette adaptation concerne tout particulièrement :

– Les vestiaires et les cabinets d’aisance.

Ainsi des vestiaires et des cabinets d’aisance séparés (ou une utilisation séparée) doivent être prévus pour les hommes et pour les femmes.

– Les vêtements de travail. Des vêtements de travail adaptés à la grossesse doivent être prévus.

– La protection de la maternité.

 

3. Risques dérivés du poste de travail.

a) Les facteurs de risques liés à la sécurité sont très nombreux et il est important que l’agent de sécurité les connaisse bien, pour sa propre sécurité personnelle et son intégrité physique ainsi que pour celles des autres.

Les risques liés à la sécurité sont les suivants:

–  Les risques de chute, glissades et trébuchements

–  Les risques de chocs, heurts et coinçages

–  Les risques d’accident de circulation routière

–  Les risques d’accidents électriques

–  Les risques d’incendie.

b) Les facteurs de risques liés à l’environnement se rapportent aux atteintes qui résultent de l’exposition aux :

–  Risques physiques tels que le bruit, le froid

–  Risques chimiques tels que des gaz et autres produits dangereux

–  Risques biologiques tels que des micro-organismes et des cultures cellulaires.

Il s’agit de risques dont la plupart ne sont pas inhérents à l’activité de sécurité privée, mais plutôt liés à l’activité réalisée par l’entreprise cliente ou à la nature et aux caractéristiques de ses installations.

 

Voilà vous en savez suffisamment maintenant pour aborder les Risques Professionnels dans le domaine de la Sécurité Privée. Pour aller plus loin je vous recommande vivement de lire un manuel complet pour vous aider à réaliser ou compléter votre Document Unique Sécurité Privée.

Cet article vous aide ou vous fait penser à un point complémentaire,
Vous avez décelé un point à corriger dans cet article ou vous avez besoin d’une précision ou d’un complément,
Alors…. laissez un commentaire !

Bien cordialement,
Patrick Ducloux

——————————————–————————————————————————————

Votre Logiciel Document Unique dans votre Métier ICI => Démo Gratuite !

——————————————–————————————————————————————
Risques Professionnels Sécurité dans Outils abonnement-newsletter1-150x71 ET/OU abonnez-vous-au-flux-RSS1-150x71 doxument unique securite dans Outils

fiches document unique



mareferencebeaute |
Gestion environnementale |
ongaanti-cabinet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Orthodontie Adulte
| LR Health & Beauty Systems
| La bienveillance du toucher